8 mai 2017 Noémie 1Comment

Lors de notre mini-tour du monde en février, on avait planifié notre trajet pour s’offrir une journée complète dans une ville qu’on ne connaissait pas encore : San Francisco !

On avait bien préparé notre escale, avec 2 objectifs principaux : Mission District et son street art, et celui de North Beach, le quartier mythique de San Francisco qu’on connaît tous à travers le cinéma ou la littérature. Entre Mrs Doubtfire et les Tales of the City d’Armistead Maupin, j’avais déjà plein d’images de la ville en tête.

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey street art

Quand on atterit, cela fait plus de 28 heures que nous avons quitté Yangon. On n’a pas dormi. Le décalage horaire est violent. Mais peu importe : on est aux États-Unis, on est en Californie ! Et on a la chance de gagner une journée sur notre séjour : en passant la ligne du changement de date, on vit un petit voyage dans le temps. Partis le samedi en fin d’après-midi de Tokyo, on arrive… le samedi matin à San Francisco. Cette 2e escale, c’est comme vivre une « journée bonus » dans nos vacances !

Évidemment, on se fait fouiller nos valises par les douanes américaines ; les deux petits Français qui arrivent du Japon, vivent au Myanmar, s’arrêtent à San Francisco puis vont à un mariage à Las Vegas, ça rend un peu suspicieux. Ce petit contretemps est finalement une anecdote de plus à raconter, et avec 13 heures d’escale devant nous, on n’est pas pressés.

Une fois les valises déposées à la consigne, on monte à bord du Bay Area Rapid Transit (BART, le petit nom du métro), direction Mission District, et l’arrêt de métro : 24th Mission. Comme à Tokyo, il fait un temps magnifique. On échappera au fameux Fog de San Francisco, histoire de coller parfaitement à l’image qu’on se fait de la Californie…

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey street art

Mission District, street art et comida

Quartier latino historique de San Francisco, Mission District est en train de devenir un quartier bobo où s’alignent coffee shops, bars à jus d’herbe (!) et magasins de vinyles. On se promène le long des rues ensoleillées, sur des trottoirs plantés d’arbres, entre les Painted Ladies, ces petites maisons colorées à l’allure terriblement londonienne.

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey street art mission

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey
‘MURICA.

En ce qui concerne le street art, on est loin de ce qu’on peut voir dans des quartiers comme Brick Lane ou Shoreditch à Londres. Les réalisations sont beaucoup plus urbaines, ou bien d’un style un peu naïf. Ce sont d’ailleurs les fresques les plus intéressantes, dernière preuve du côté contestataire du quartier, où sont dénoncées la colonisation de l’Amérique latine, la main-mise américaine sur l’Amérique du sud, et la violente gentrification du quartier (les industries de la Silicon Valley sont amèrement remerciées pour ça). Sinon, la pratique du graff semble bien réglementée et est limitée à quelques ruelles bien définies. Quel paradoxe…

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey street art

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey street art

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey street art

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey street art

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey street art

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey street art

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey street art

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey street art

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey street art

 

Finalement, en descendant vers le sud de Mission, on retrouve les racines latino-américaines du quartier ; on s’arrête dans un restaurant où on n’entend parler qu’espagnol. Au Elsy’s Restaurant (2893 Mission St) , on a notre premier contact avec les portions à l’américaine de notre séjour : on se retrouve avec la quesadilla la plus impressionnante que je n’ai jamais vue.

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey food quesadilla

 

Un petit tour de BART et nous voilà dans le quartier de Powell. La queue pour prendre les cable cars est démente. On se contentera de quelques photos avant de rejoindre le quartier très photogénique de North Beach. En réalisant que les distances sont finalement assez réduites, on choisit de faire le chemin à pied. Marcher reste toujours le meilleur moyen de découvrir une ville !

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey powell

On traverse Chinatown (ce qui m’a valu un « Je ne suis pas venu à San Francisco pour me retrouver dans le Chinese downtown ! »), puis on coupe à travers Nob Hill et Russian Hill. Au détour d’une rue, on croise un graffeur qui tague sa signature partout où il peut avant de filer furtivement. Est-ce qu’il y avait une meilleure façon de conclure notre visite des murals de Mission le matin même, avec ce pied de nez au street art réglementé, en revenant à la base: graffer sa signature dans le plus d’endroits possibles ?

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey

North Beach : le vieux San Francisco

North Beach a clairement un air du vieux continent. C’est un des plus anciens quartiers de la ville, et surtout l’ancien quartier italien. On fait donc honneur à nos origines en s’octroyant une pause cappucino dans un petit salon de thé. Dans la vitrine à l’ancienne, on trouve des petits gâteaux à la confiture et des biscotti, et le décalage entre le décor vintage et les deux serveurs qui ont à peine 20 ans et une coupe de cheveux à la mode me fait sourire. On est encadrés par un groupe de trois femmes d’une quarantaine d’années qui parlent en espagnol autour d’un latte et d’une vieille dame qui grignote un biscuit du bout des lèvres, son petit chien sous le bras. Sur la terrasse dehors, des couples plus jeunes sirotent un café, lunettes de soleil sur le nez.

Il y a ce quelque chose de printanier qui flotte dans l’air, et j’ai l’impression d’être à Paris où les terrasses des cafés sont prises d’assaut dès les premiers beaux jours. San Francisco est décidément une ville très européenne.

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey north beach

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey north beach

On continue notre chemin vers la baie. On veut voir le Golden Gate Bridge. Après tout, on est à San Francisco pour quelques heures, c’est l’emblème touristique de la ville ! On croise alors le chemin de Lombard Street. Julien n’arrêtait pas de me dire à quel point les rues de ce quartier lui évoquent des souvenirs d’adolescence du film The Rock. Alors, pris d’un élan d’adrénaline, je devrais même dire pris carrément d’une folie passagère, on oublie le fait qu’on a traversé l’est de l’Asie et le Pacifique hier, qu’on n’a quasiment pas dormi depuis plus de trente heures, et on se lance à l’assaut d’une de ces collines si raides qui sont la marque de fabrique de la ville.

Il faut reconnaître que le sommet est le lieu idéal pour prendre la photo souvenir de notre projet.

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey
Panneau spécial Lombard Street
escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey north beach
Pente à 45 degrés. LITTERALEMENT.

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey north beach

Ensuite on marche tranquillement jusqu’à la côte ; on voit Alcatraz au loin, le ciel est magnifique, les familles se promènent sur les jetées en cette fin de samedi après-midi, et le Golden Gate Bridge s’offre à nous, à peine enveloppé d’une légère brume.

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey north beach

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey north beach

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey golden gate
Photobombing de mouette

On erre un peu du côté de Fisherman’s Wharf et de Pier 39, à la recherche d’un bar où prendre un verre. Là, c’est franchement Disneyland. Les grandes chaînes de fast-food américaines y ont tous leur enseigne. Ça n’a pas grand intérêt, mais surtout tout semble être en papier mâché ! On trouve malgré tout à l’étage le Beer 39, un bar à bières, et notre escale s’achève autour de deux très bonnes IPA californiennes. On est rompus de fatigue, on est légèrement ivres, et on est heureux.

La nuit tombe, il est temps de reprendre le chemin de l’aéroport. On marche un peu jusqu’à la station Embarcadero (on a bien essayé de prendre le cable car de la côte, mais on l’a systématiquement manqué !), et 35 minutes plus tard, nous voilà déjà au San Francisco International Airport.

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey

escale à san francisco une journée californie etats-unis blog voyage my timid journey bart subway

Notre deuxième escale, notre journée bonus, s’achève déjà. J’ai l’impression d’être partie de Birmanie depuis deux semaines, alors que ça ne fait pas encore deux jours. Dans le dernier avion de notre périple, je tombe dans un sommeil si profond que je ne réalise même pas qu’on a décollé. Une heure et demi plus tard, on atteint notre destination finale : Las Vegas !

 

Informations pratiques

Pour se rendre de l’aéroport au centre-ville : Le BART propose une ligne directe jusqu’au centre-ville.

  • Pour rejoindre l’arrêt 24th Mission : 25 minutes, 8.80$
  • Pour rejoindre la station Embarcadero (l’arrêt le plus proche de North Beach) : 33 minutes, 8.95$

Pour se déplacer à San Francisco : le métro (BART), bien sûr, qui n’est pas trop cher (1.95$ pour  aller de 24th Mission à Powell), mais surtout baladez-vous à pied ! Les distances entre le quartier de Powell et North Beach sont raisonnables, et c’est le meilleur moyen de profiter pleinement de votre escale.

Pour laisser ses valises à l’aéroport : si vous devez récupérer votre valise, sachez qu’il y a une consigne dans le terminal de l’aéroport international. C’est très cher (65$ pour nos deux valises), mais c’est un prix qu’on était prêts à payer pour la liberté de profiter d’une journée dans une ville mythique !

 

Nous avons fait notre escale à San Francisco au mois de février 2016.

One thought on “13 heures en escale à San Francisco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *