8 août 2017 Noémie 4Comment

Voilà deux bonnes semaines que je n’écris plus – j’occupe tout mon temps libre à penser aux mille petites choses d’un déménagement, à vider consciencieusement les stocks d’ingrédients introuvables ici accumulés au fil de ces deux années, et à essayer de ne pas penser « c’est la dernière fois » à chaque fois que je vais quelque part. A ne pas vraiment réaliser qu’on va quitter la Birmanie.

myanmar birmanie blog voyage expatriation yangon vie à l'étranger

Depuis qu’on connaît notre future destination, il y a déjà 9 mois, je me sens un peu mélancolique à des moments bien particuliers.

Quand on traverse Yangon en taxi la nuit, les fenêtres grandes ouvertes.

Quand on voyage aux quatre coins de la Birmanie, et que j’écoute Julien discuter en birman avec les gens qu’on rencontre.

Quand la vendeuse de bananes de notre rue me sourit en me tendant le gros lot de fruits qu’on achète plusieurs fois par semaine – pour seulement 2000 kyats.

Quand je peste contre la chaleur écrasante de mai et contre les flaques de boue de l’interminable saison des pluies.

Quand on va dans notre beer station préférée, dans ce quartier de Sanchaung, et qu’on refait le monde, pendant que les verres de l’indétrônable Myanmar Beer laissent des marques de condensation sur la toile cirée de la table.

myanmar chien birmanie blog voyage expatriation yangon vie à l'étranger
Yangon la nuit, le paradis des chiens. Bon, ça vaut pour le jour, aussi.

myanmar birmanie blog voyage expatriation yangon vie à l'étranger

myanmar birmanie blog voyage expatriation yangon vie à l'étranger bière blackshield
Quand on veut un peu de changement, on boit une Black Shield dans notre beer station préférée, qui fait aussi office… de « car spa ».
myanmar birmanie blog voyage expatriation yangon vie à l'étranger
Petite bruine birmane

Mon expérience au Myanmar est ma première expatriation. Je savais que partir serait triste, mais j’ai réalisé que ça ne ressemblerait en rien à ce que j’ai déjà connu.

Quitter la France, c’est finalement assez facile. On sait qu’on y reviendra, tôt ou tard, et que les choses auront peu changé. Si je retournais sur le boulevard où j’ai vécu pendant près de 10 ans, je suis sûre que j’aurais encore tous mes repères ; les commerces seraient les mêmes, les lourdes portes des immeubles haussmanniens claqueraient de la même manière, et probablement les mêmes voisins arpenteraient les trottoirs à l’ombre des mêmes marronniers.

myanmar birmanie blog voyage expatriation yangon vie à l'étranger

myanmar birmanie blog voyage expatriation yangon vie à l'étranger
Une rue à Sanchaung : street food, chiens errants et mobilier en plastique taille enfant

Quitter son pays d’expatriation, surtout lorsqu’il est au bout du monde, ça n’a rien à voir. La Birmanie est devenue mon pays d’adoption, Yangon est devenue ma ville, l’endroit que j’appelle « chez moi ». Mais pourtant, on sait qu’on n’y reviendra pas. Un jour, peut-être. Mais dans longtemps, et comme visiteurs de passage, seulement.

Et puis, Yangon a tellement changé depuis la première fois que j’ai foulé ses rues poussiéreuses et pleine de trous, il y a moins de trois ans de cela, que je ne suis pas certaine de reconnaître quoique ce soit en revenant dans quelques années. Même les longyis et le thanaka des habitants du quartier auront peut-être disparu.

myanmar birmanie blog voyage expatriation yangon vie à l'étranger moines

Dans la dernière ligne droite avant le départ, on se concentre sur les petits détails de la vie quotidienne. Sur les bonnes soirées passées avec les amis incroyables qu’on a eu la chance de rencontrer ici. Sur les bruits de la rue – et les saveurs – et les odeurs – et la lumière des couchers de soleil – et la chaleur humide – et le son des pluies torrentielles de la mousson.

myanmar birmanie blog voyage expatriation yangon vie à l'étranger

 

Et pour chasser la mélancolie, on pense au prochain chapitre, où il y aura, à nouveau, tout à découvrir.

myanmar birmanie blog voyage expatriation yangon vie à l'étranger
Photo : Amélie Fontaine

4 thoughts on “Avant le départ : la fin de l’aventure en Birmanie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *