1 avril 2018 Noémie 0Comment

Le plateau des Bolovens (ou Bolaven Plateau en anglais) est un plateau situé au sud du Laos, dans la province du Champassak. On peut le visiter en voiture ou en deux-roues, en faisant une boucle sur le plateau depuis la ville de Paksé. Quel est l’intérêt d’intégrer un road trip sur le plateau des Bolovens à son voyage au Laos ? Avec son altitude d’environ 1000m, le plateau accueille :

  • un grand nombre de cascades (tad en lao) toutes plus impressionnantes les unes que les autres ;
  • des plantations de café et de thé ;
  • un climat plus clément que dans la vallée du Mékong (qui peut même être froid et pluvieux !).

Le lieu se prête bien à un road trip puisque les routes ont été récemment refaites ; on traverse de jolis paysages plus vallonnés que montagneux, le décor alterne entre forêt dense et champs dans cette région très agricole. En plus, en voyageant pendant Pi Mai, on a eu la chance de croiser peu de monde sur la route.

blog voyage plateau bolovens road trip scooter

blog voyage plateau bolovens road trip scooter cascades
Photo : Julien
blog voyage plateau bolovens road trip scooter pi mai
Vue sur le plateau – Photo Julien

 

Notre itinéraire

Voici l’itinéraire d’environ 150 km que nous avons suivi :

  • Jour 1 : Départ de Paksé – Tad Pha Suam – Tad Champee – Fin d’après-midi et nuit à Tad Lo
  • Jour 2 : Tad Lo – Retour sur nos pas pour aller à Tad Song – Visite de la plantation de café de Captain Hook – Déjeuner à Tha Teng – Après-midi et nuit à Paksong, avec notamment un bon moment passé au Jihai Café
  • Jour 3 : Départ de Paksong – Tad Yuang – Tad Fane – Tad Champi – Retour à Paksé

Sur 3 journées, cet itinéraire nous a permis de prendre le temps qu’on voulait pour visiter les cascades, de faire trempette, et de se reposer un peu, sans avoir à cravacher sur le scooter. On a même eu le temps de se perdre dans la jungle.

blog voyage plateau bolovens road trip scooter cascades
Photo : Julien

Je vous raconte tout notre périple, les arrêts que nous avons faits, ce que nous avons visité, et bien sûr les plus belles cascades que nous avons pu voir dans cet article.

 

Où louer son scooter pour le road trip ?

Comme je vous l’expliquais dans l’article sur Paksé et le Vat Phou, nous sommes passés par Miss Nay Motorbikes : cette agence de location de scooters et de voyage est tenue par Nay et Yves, un belge hyper sympathique et très patient qui explique à des centaines de touristes tous les ans ce qu’on peut faire dans la région.

Pourquoi passer par eux ? Ils sont chaudement recommandés partout sur internet, et c’est pour une bonne raison :

  • Leurs tarifs sont très corrects pour avoir des scooters en bon état, ce qui est quand même le plus important !  En avril 2017, il fallait compter 90.000 kip/jour – 8.80€ pour un 125 cc automatique, 60.000 kip/jour – 5.85€ pour un 100cc semi-automatique.
  • En cas de pépin technique sur la route (un pneu crevé est très vite arrivé), on peut les appeler pour qu’ils négocient avec un réparateur sur la route.
  • Vous pouvez laisser vos valises ou vos gros sacs à dos en toute confiance dans leur agence pendant votre road trip.
blog voyage plateau bolovens road trip scooter
Notre fidèle destrier.

Que prendre avec soi ?

  • Un petit sac à dos. On n’avait qu’un seul petit sac à dos pour eux : Yves nous en a loué un pour 10.000 kip pour les 3 jours.
  • Des vêtements pour 3 jours, dont, des vêtements chauds : la nuit, à Paksong, il faisait 15° et on était trempés à cause de Pi Mai, et ça n’était pas le meilleur moment de notre séjour, pour faire un euphémisme.
  • De quoi se protéger de la pluie : un poncho ou un k-way, et une housse de protection (ou des grands sacs plastiques) pour votre sac à dos. Le micro-climat du plateau fait que même en pleine saison sèche, il peut y avoir des gros orages, ce qu’on a pu expérimenter à nos dépens. Evidemment, on n’était pas du tout, du tout équipés.
  • Un sac étanche : pour mettre vos papiers, votre argent, votre appareil photo… à garder avec vous quand vous irez vous baigner. C’est aussi bien utile pour survivre à Pi Mai. Achetez au moins les toutes petites pochettes plastiques à mettre autour du coup pour votre passeport : un passeport trempé peut être trop abîmé pour être accepté par certaines compagnies aériennes !).
  • Un maillot de bain pour se baigner dans les bassins près des cascades !
  • De la crème solaire parce que quand le soleil sort, on a vite fait de prendre un coup de soleil sur le scooter.

 

blog voyage plateau bolovens road trip scooter paksé
Je souris mais j’ai froid. – Photo : Julien

 

Comment organiser son parcours ?

Comme pour tous ses voyages à l’étranger : on télécharge la carte de la région sur maps.me. Entre les arrêts recommandés par Yves et les informations qu’on avait trouvées sur internet, on a placé des points de repères sur les principales cascades qu’on voulait visiter, ainsi que quelques arrêts supplémentaires. C’est essentiel de faire ce petit travail préparatoire, car il faut souvent dévier de la route principale sur des chemins pendant plusieurs kilomètres pour accéder à certaines cascades, et ceux-ci ne sont pas souvent clairement signalés.

blog voyage plateau bolovens road trip scooter pi mai
Bon, toutes les villes ne sont pas mignonnes non plus…
blog voyage plateau bolovens road trip scooter tad lo
Ca vaut le coup tout de même.

Enfin, je vous déconseille vivement de rouler de nuit : il vaut mieux prévoir des portions de trajet raisonnables pour être certains d’arriver dans les villages qui proposent des hébergements avant le coucher du soleil.

Il est bon de savoir que tout le monde fait un peu la même chose sur le plateau : on n’est pas très nombreux, mais il n’y a pas une infinité d’itinéraires alternatifs, d’endroits où s’arrêter manger et dormir, ni d’activités variées. On se retrouve donc à croiser tout le temps les mêmes personnes. Autant être prévenu !

blog voyage plateau bolovens caféiers road trip scooter pi mai
Plantation de caféiers. C’est joli, mais il est où mon espresso ?

 

Ce à quoi il faut faire attention

– Votre sécurité, tout d’abord : la région est assez isolée, même si la route est bonne. Vous ne voulez pas avoir un accident à une centaine de kilomètres de Paksé.

– L’état du scooter : vérifiez que tout a l’air en place. Je sais, ce n’est pas évident quand on ne s’y connaît pas en mécanique, mais jetez tout de même un œil aux phares, au klaxon (c’est toujours important pour se signaler !), faites un petit tour pour tester les freins, et surtout regardez l’état des pneus. S’ils sont lisses, vous risquez fortement de glisser.

blog voyage plateau bolovens road trip scooter pi mai

– Les vols de scooter : c’est un vrai fléau. Tous les accès aux cascades ont des parkings où on vous fera payer quelque chose. Faites-le, même si c’est plus cher que pour les visiteurs laotiens. Ça restera toujours moins ennuyeux que de devoir gérer un vol de scooter. Yves nous a vivement alerté sur les vols et je pense que c’est une réalité. De la même manière, la nuit, assurez-vous que votre scooter peut être mis dans un endroit sous clé dans votre guesthouse.

– Les papillons-kamikazes : certains endroits de la route étaient envahis de milliers de papillons jaunes qui voletaient sur les voies. A 60 km/h, croyez-moi, ça fait mal de se prendre un papillon sur le bras, ou, pire, sur la joue !

blog voyage plateau bolovens road trip scooter pi mai
Embouteillages classiques de Pi Mai : des vaches et des pick-ups prêts à vous renverser des seaux d’eau sur la tête.

 

Alors, prêt à enfourcher votre scooter ? Suivez-nous à la découverte des plus belles cascades du plateau !


Retrouvez mes autres carnets de voyage sur le Laos :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *