23 décembre 2017 Noémie 1Comment

Penang accueille le plus petit parc national de Malaisie : à peine plus de 2 hectares de jungle sauvage, nichés au Nord-Ouest de l’île, le long de la côte. A 45 minutes du cœur de Georgetown, on peut y accéder en scooter ou en bus.

A l’entrée du parc, on s’enregistre auprès du bureau des gardes forestiers, et on se renseigne sur les différents itinéraires possibles. Attention, certains d’entre eux sont fermés depuis un bout de temps (notamment un parcours qui passe sur un pont suspendu). On peut aussi demander des infos sur la situation côté méduses : certaines plages en sont infestées selon la période de l’année.

penang parc national trek jungle blog voyage
Photo : Julien

Pour ceux qui ne veulent pas y passer trop de temps, une balade pas trop longue (un peu plus d’une heure en marchant tranquillement) mais qui offre une belle récompense est celle qui consiste à rejoindre Monkey Beach ; cette plage est plutôt préservée des méduses.  C’est l’itinéraire qu’on a choisi, puisqu’on voulait pouvoir accéder à une plage où se baigner !

Le trail jusqu’à Monkey Beach

Je dois vous faire un aveu : je vous ai appâtés en parlant d’une randonnée dans la jungle dans le titre de cet article, car il s’agit plutôt d’une promenade.

Si la première centaine de mètres est un chemin bétonné, on entre vite dans une partie plus sauvage du chemin. On trouve quand même quelques escaliers et quelques ponts ici et là. On passe entre les arbres et on grimpe sur les racines enchevêtrées sur le sol.

penang parc national trek blog voyage

penang parc national trek blog voyage plage bateau
Photo : Julien
penang parc national trek blog voyage plage
La vue pas désagréable pendant la randonnée. – Photo : Julien

penang parc national trek blog voyage jungle

Le chemin a beau être balisé, on sent que c’est l’aventure. Surtout quand on arrive sur une portion du chemin qui s’est complètement effondrée sur une cinquantaine de mètres. Là, il faut descendre en s’accrochant aux racines qui dépassent du fossé, avancer sans déraper sur le sol humide, puis remonter en s’accrochant encore une fois aux racines. Je ne vous cache pas que j’ai eu du mal à dépasser cet obstacle, un peu paralysée par la peur de glisser en bas du talus. Heureusement mon super coach Julien m’a guidée et nous a permis de passer sans trop d’encombres (si ce n’est de belles taches sur mon short, sachant que je suis descendue en me laissant glisser sur les fesses – faut pas pousser non plus).

penang parc national trek blog voyage jungle
Just chilling among the roots.

La promenade est très facile physiquement, si ce n’est l’humidité qui doit frôler les 100% et met un peu le corps à rude épreuve. Pensez surtout à prendre une réserve d’eau suffisante.

A mi-chemin de la plage, on arrive à Tanjung Aling, une première plage sauvage, celle qui abrite une station de recherche en biologie marine de l’Université de Malaisie. Quasi-déserte, du sable blanc, des palmiers, et la mer turquoise. C’est là qu’on croise un petit varan – ou un très gros lézard, on n’a pas vraiment réussi à trancher ! penang parc national trek jungle blog voyage

penang parc national trek jungle blog voyage
Just chilling on the beach – Photo : Julien
varan penang parc national trek jungle blog voyage
Cette photo floue est ce qu’on peut vous offrir de mieux en matière de varan. – Photo : Julien

 

Se baigner sur une plage sauvage

Le clou de la balade qu’on a faite dans le parc, c’est donc l’arrivée sur la plage de Teluk Duyung, surnommée Monkey Beach. Quelques bâtiments en ciment désaffectés (construits avant que l’endroit ne devienne un parc national en 2003 et abandonnés ensuite), des paillottes en bambou et en palmier où on achète une noix de coco ou un petit encas, et finalement une belle bande de sable fin pour peu de monde.

penang parc national trek plage blog voyage

penang parc national trek plage blog voyage

 

L’endroit est idéal pour se baigner : la mer est calme dans cette petite baie, et il n’y a pas de méduses. J’ai lu quelques commentaires disant que l’endroit était très sale, bondé, et plein de jet skis. Mais ça n’était pas du tout le cas à notre passage. Certes ce n’est pas vraiment propre, mais rien de catastrophique pour l’Asie. Aucun signe de jet-ski à l’horizon, et il y avait suffisamment de place pour que chaque groupe de visiteurs ait son intimité.

penang parc national trek plage blog voyage
Il y a de la place pour poser sa serviette tout de même.

Finalement, le vrai problème, ce sont… les singes ! Si la plage s’appelle Monkey Beach, c’est évidemment à cause des habitants du coin. Je ne suis pas une grande fan des singes ; pour moi, ce sont juste les petits délinquants de la nature. Toujours prêts à vous harceler pour vous chaparder un truc. Evidemment ça n’a pas manqué : pendant qu’on était dans l’eau on a vu un singe se rapprocher dangereusement de nos affaires et de notre petit pique-nique de bananes et de biscuits. On l’a fait s’éloigner, mais, pas dupes, on a continué à le surveiller du coin de l’œil.

singe penang parc national trek plage blog voyage
Le coupable.

Si vous avez déjà eu la chance de visiter un pays tropical, vous connaissez cette sensation incroyable de se baigner dans une mer à l’eau chaude. Pas besoin de mettre dix ans à rentrer dans l’eau, de « s’habituer », la température est généralement similaire à celle de l’air (voir plus chaude s’il y a du vent !). Je continue de trouver ça surréaliste par rapport aux plages françaises.

On s’est donc baignés, on a fait plein de photos marrantes pour mon anniversaire, on a discuté longuement allongés sur le sable, à regarder les feuilles des palmiers onduler doucement, et j’ai savouré comme jamais la chance que j’avais. Deux ans auparavant, je n’aurais jamais imaginé fêter mon 30e anniversaire sur une plage sauvage à l’autre bout du monde, être sortie à ce point de ma petite zone de confort (parfois violemment), et partager ces moments aux côtés de celui qui m’a donné l’opportunité de révéler cette facette de ma personnalité.

penang parc national trek plage blog voyage
La meilleure manière de marquer le coup… – Photo : Julien

 

Avant de repartir, on s’offre une petite noix de coco à boire, ouverte d’une main experte par une mamie malaise. Vous aussi, vous avez toujours peur qu’ils se coupent la main avec leur machette quand vous les regardez ouvrir une coco ?

penang parc national noix de coco plage

 

Pour retourner à l’entrée du parc, soit on fait le chemin inverse à pieds, soit on voit avec les propriétaires de bateau pour repartir par la mer. Dès qu’il y a suffisamment de passagers, ils vous ramènent à l’entrée du parc en une petite quinzaine de minutes pour 40 RM (8,30€). C’était assez marrant de voir depuis la mer tout le trajet qu’on avait fait le matin même.

penang parc national trek blog voyage plage bateau
On a choisi ce bateau à cause du tee-shirt du propriétaire, évidemment. – Photo : Julien
penang parc national trek blog voyage plage bateau
Photo : Julien

Le bateau vous dépose au bout d’une longue jetée en bois un peu branlante, dernière étape d’une belle journée dans le parc national de Penang.

penang parc national trek blog voyage plage bateau
Photo : Julien

One thought on “Le Parc national de Penang : trek dans la jungle & plage paradisiaque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *